Affichage des articles dont le libellé est Thomas Hirschhorn. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Thomas Hirschhorn. Afficher tous les articles

mardi 3 septembre 2019

Lettre ouverte à Thomas Hirschhorn


Bonjour Thomas
Je te tutoie car nous avons le même âge et je pratique la peinture. J'ai visité ta "sculpture Robert Walser" samedi passé. Il faisait chaud. J'ai cherché un endroit où me poser pour écrire mes impressions. J'ai dû faire un gros effort pour m'asseoir à l'ombre sur l'un de tes nombreux canapés emballés de scotch brun, ta marque de fabrique. C'est que je n'aime pas trop ce matériau. Non seulement il est polluant, mais il fait aussi socialement correct parce que faire comme les plus démunis de la planète fait "bon ton" aujourd'hui.
Ton art est monumental. L'art monumental est intimidant. En effet, que peut-on, comme passant, contre cette masse qui nous fait obstacle? Je me suis senti écrasé. C'est comme s'opposer à une forteresse. Robert Walser que j'ai beaucoup lu moi aussi, était timide, pas intimidant. Je ne suis donc pas certain qu'il aurait aimé cet hommage que tu prétends lui rendre. Dans une vidéo, tu affirmes "vouloir faire aimer Robert Walser à la population biennoise". N'est-ce pas se tromper sur l'art lui-même que de prétendre cela? Dans quelques années, une radio-trottoir demandera aux passants qui est Robert Walser. Et on aura pour réponse: « Ah! celui qui a construit ce truc en bois devant la gare?». Ta sculpture me fait penser au crucifix que les curés écrasaient sur le nez des enfants pour leur intimer l'ordre d'aimer dieu.
Et c'est faire injure à la personne de Robert Walser que de proposer l'impression d'un de ses microgrammes. J'ai en tête l'exposition sur le "Territoire du crayon de Robert Walser" à la Fondation Martin Bodmer en 2006 à Genève qui présentait ces étranges microgrammes que Robert Walser a écrits au crayon, dans le silence de sa chambre de Berne après avoir mangé seul, un plat d'émincé accompagné d'une bière dans la brasserie proche sous les arcades. Plutôt que le cours d'espéranto, les affiches-trottoir A5 agrafées sur la rambarde d'une passerelle, le bassin d'eau, l'atelier de peinture, j'aurais préféré un concours pour écrire minuscule. Le plus petit possible.
Les personnes que tu invites dans ta sculpture, ne les instrumentalises-tu pas? Ravis d'être là, ils ne te feront jamais aucune objection. Ce sont des alliés faciles et tu te mets ainsi à l'abri des questions embarrassantes.
Après Duchamp qui avait fait de l'éradication de toute imprévisibilité le thème central de sa pratique artistique, l'art conceptuel d'aujourd'hui a fait de cette imprévisibilité même sa norme absolue qui est devenue le cadre désormais "correct" et uniforme à l'aune duquel on juge tout acte artistique. Mais plus on élargit, plus on rétrécit aussi.
Ta sculpture massive occupe le terrain, et le terrain de ta sculpture est occupé par des graffitis où il ne reste plus guère de place où apposer un autre graffiti. Tu as bien fait les choses. Le moindre ajout resterait invisible.
J'ai pensé un instant en faire une lettre anonyme, retirant ainsi par anticipation à d'éventuels contradicteurs et à toi-même la possibilité de m'objecter de chercher à mon tour la notoriété en publiant cette lettre. Ce serait lâche de ma part, ce d'autant plus que j'assume et que je défends mes propos.
Je te souhaite une belle fin d'exposition.
Laurent Guenat 

(Cette lettre ouverte a été publiée par l'hebdomadaire bilingue Biel-Bienne les 11/12 septembre 2019)